News

LIran exécute un opposant un temps exilé en France

Il s’appelait Rouhollah, comme beaucoup d’enfants à qui fut donné le prénom du fondateur de la république islamique d’Iran, l’ayatollah Khomeini. A 42 ans, il avait l’âge de la révolution. Son père, le religieux Mohamed Ali Zam, fut un dignitaire du régime dans les années 80 et 90, proche de la famille dite des «réformateurs». Rouhollah, lui, avait choisi un autre camp, autrement plus périlleux : celui des dissidents. Il a été pendu samedi matin à Téhéran.

Sa condamnation à mort avait été prononcée le 30 juin, et confirmée le mois dernier par la Cour suprême. Rouhollah Zam a été jugé coupable de «corruption sur Terre», l’un des chefs d’accusation les plus graves en Iran, de «délit contre la sécurité intérieure et extérieure du pays», d’«espionnage au profit du service de renseignement français» et d’«insulte au caractère sacré de l’islam». Depuis la France, où il avait obtenu le statut de réfugié en 2013 selon le site IranWire, il animait une chaîne d’information, Amad News, sur la pla

Libération réserve cet article à ses abonnés
Pour poursuivre votre lecture, abonnez-vous

devices-picture

1€
le 1er mois

Soutenez notre indépendance

Vous avez déjà un compte abonné?

Je me connecte

  • Tous nos articles en
    illimité
  • Le journal en version
    numérique
    le jour de sa parution
  • Nos newsletters
    exclusives
  • CheckNews, notre service de fact checking


Célian Macé

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.

error: